Et Toi, Tu Manges Quoi?

Le sorbet Violaine – Des fraises, des amis et des fraises

DSCN1740

 

Ouai ouai je sais… Des lustres que je te crie que j’aime PAS le rose (encore plus depuis que je feuillette, ébahie, les catalogues ultra-gender pour tous petits mais c’est autre chose, je te l’accorde, passons…) Donc c’est un «ouai ouai MAIS». Car quand il s’agit de concocter un sorbet à la fraise aussi incroyablement bon que fantastiquement simple - sans sorbetière (autant te dire que ça fait une énoooorme différence : il n’y aura plus la queue devant le congélo au lac en attendant le chargement des accus ;-) - je sais mettre mon Pantone et mes convictions picturales au frigo… Je te présente la vedette estivale de nos dîners parisiens, une petite merveille de simplicité certes mais qui mérite qu’on lui offre les meilleures baies rouges. Et là, y’a du nouveau sur les étals figure-toi.

Je ne te ferai pas l’affront de te rappeler les garriguette : elles sont partout, des menus de bistrot aux cagettes de primeurs bobos qui refusent tout ce qui vient d’Espagne (et qui n’a strictement aucun goût : stay away dear !) Sauf, sauf, sauf qu’elle est en train d’être détrônée la poulette garriguette car voici que se profilent la ciflorette (plus sucrée), la cléry (plus grosse et plus ronde) et la mara des bois (un chef d’œuvre de marketing vert puisque cette variété inventée dans les années 90 - la garriguette est née vingt ans plus tôt - pousse évidemment comme les autres dans des potagers, loin des cimes des futaies et de ses lointaines petites cousines sauvages …). Ce printemps, j’ai aussi croisé des Annabelle (mais oui !) et des Charlotte boulevard Leblack…

 

DSCN1731

Devant tout ce choix, j’ai décidé de m’en remettre… au hasard ! Des mois qu’il faut que je te parle de notre nouveau dealer: Potager City (clique là). Une Amap mais pas vraiment, un site internet mais pas seulement, une autre agriculture (et une autre consommation) assurément. Bref, un vrai bon filon (merci Anna !): tu commandes sur le web une «Box» qui change toutes les semaines: contenu garanti bio ou agriculture raisonnée, cultivé le plus proche possible du lieu de commande et deux jours plus tard tu es livrée dans un magasin-relais de ton choix. Tada! Un rêve de (beautiful) parisian working people!  Autant te dire qu’on s’est fait des ventrées grâce aux Figues Box cet automne, que la Fraîcheur Box nous ravit tous les mercredis soirs (t’as jamais mangé des rougette pareil, c’est juste impossibeul) et que depuis un mois, nous attendons la Fraises Box comme François attend l’inversion de la courbe… Sauf que nous, et ben, elle arrive sans faute jusqu’à la cuisine la Box… On dit ça, on dit rien hein…

ETTMQ fraises retouché

Pour mon nouveau dessert préféré, c’est donc souvent des « rondes sucrées»  (dixit le bon de livraison) que je mixe et glace sans connaître leur pedigree : il me suffit d’ouvrir le carton et de humer pour savoir que c’est d’la bonne ! Après, le seul problème, vu la facilité de la recette, c’est de ne pas en faire des litres et des litres et des litres au risque de faire péter les plombs de ton tout nouveau frigo! Après, rien ne t’empêche d’emballer de frais tes petits pots de douceur, de jouer les chaperons roses et de filer en Touraine pour fêter Violaine! 

anniversaire violaine

 

DSCN1733

Allez hop, on prend le frais et on se fait du bien…

 

LA RECETTE 

DSCN1739

Pour quatre personnes (si tu arrives à ne pas finir le demi-litre avant)  - Une vingtaine de minutes de préparation et 12 heures de congélation (c’est la partie la plus dure de la recette: attendre que ce soit prêt…)

Ingrédients : 500 grammes de fraises, 175 grammes de sucre en poudre, un blanc d’œuf et le jus d’un citron. Et BASTA !

Sans manger la moitié de la barquette, tu passes rapidos (et tu sèches avec un sopalin) les fraises sous un filet d’eau froide, tu les équeutes et tu les coupes en morceaux dans soit un saladier soit le bol de Bob le Robot (qui s’appelle Werther ici mais c’est pareil)

Tu ajoutes le sucre, le blanc d’oeuf et le jus de citron. Et tu mixes, tu mixes, tu mixes. Pendant au moins cinq minutes (attention, je te voaaa : « ouai elle dit cinq mais deux ça ira bien hein… », ben non en fait parce qu’il faut obtenir une purée hyper onctueuse sans morceau. Toc)

Ensuite, tu changes d’appareil et tu bats le mélange au fouet électrique pendant encore cinq bonnes minutes (on veut faire mousser le blanc d’œuf, got it ? C’est ce qui va donner sa texture au sorbet… #astuce)

Et puis voilà, c’est terminé: over easy! Tu dispatches cette préparation dans des petits ramequins individuels, dans un moule à manqué ou un pot de 500 ml, tu places le tout au congélo et tu les sors douze heures plus tard. Tu peux pousser le vice en servant une salade de fraises à côté ou un coulis minute (100 grammes de fraises, 50 grammes de sucre dans une casserole, dix minutes de petits bouillons et un coup de mixer et voilà).

Depuis qu’un basilic crèche sur mon balcon (entre autres sources de verdure), j’ai tenté un fraises-basilic : not bad ! Fraises-menthe très bien aussi, en attendant de tester avec d’autres fruits. Stay tuned !

 

 

Posté par laureparis à 10:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Des keftas comme là-bas: l’amour est dans le mezze !

Habibi,

 

DSCN1562

Il y a deux sortes de cadeaux de noël. Ceux que tu dévores tanqué dans un canapé moelleux l’après-midi du 25 décembre et ceux… qui te font prendre des kilos au fil de l’année qui suit! «Jerusalem» fait partie de la deuxième catégorie, vois-tu... Un hymne à la cohabitation… par l’assiette, un livre de recettes et de tolérance (c’est tout nous ça non ?)

 

 

DSCN1569

Ou comment deux chefs internationaux, Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi – le premier israélien, le second palestinien – racontent (entre autres) la bataille du houmous pour conclure qu’en fait c’est un plat universel partagé par les deux camps et aussi bon à l’Est qu’à l’Ouest de la ville… (Et dieu sait si toi et moi on en connaît un rayon (de Fairway) sur le houmous !)

«Les saveurs et les odeurs de cette ville constituent notre langue maternelle», écrivent-ils en introduction à ce livre magnifique qui déborde de photos de cette capitale partagée et de ses habitants cosmopolites.

Leurs cuisines sont empreintes d’un récit historique et familial mêlé de pickles venus de l’Europe de l’est avec les vagues de premiers immigrants à l’huile d’olive, or liquide ancestral du Moyen-Orient. Mais «tout le monde - absolument tout le monde -  utilise des concombres et des tomates pour préparer une salade. Arabe ou israélienne, c’est selon», sourient les deux auteurs (entre deux rangées de scones, y’a de la salade de tomates et concombres au StarB ? mmmm, j’en doute hein !)

Depuis cet hiver, j’arpente donc les rues de Jerusalem par procuration bien au chaud dans ma cuisine perchée sur le boulevard Leblack. D’un risotto d’orge à la feta marinée (no picture: dévoré trop vite, sorry angel!) à la Mejadra, un mélange de riz et de lentilles qui est devenu un must quasi-hebdomadaire de ce côté-ci du XIe arrondissement. Y’a même l’histoire du zataar, ce mélange d’herbes enchanteur, et la recette du tahina donc bon…

 

DSCN1576

Et puis il y a quelques semaines, j’ai fourré mon nez dans les pages viandes: fatale erreur! Je te passe le poulet rôti à l’artichaut et au citron confit pour aller direct au truc qui te fera jurer en esperanto mazel tov, mabrouk et tout le toutim: les boulettes d’agneau parfumées, keftas b’siniyah de leur petit nom d’origine. Une tuerie d’là bas dis, ultra-simple à réaliser à la (toute petite mini itsy bikini) condition d’avoir les ingrédients des autochtones sous la main. Ce qui, en vrai, n’est ni un problème dans ta melting pot city ni dans la mienne quand on cherche un peu du côté des quartiers juifs du IVe ou turcs du Xe. Viens, habibi, j’emmène tes papilles en vacances!

 

keftas

 

LA RECETTE

Pour une trentaine de petites boulettes oblongues, gros repas pour quatre, plus digne pour six voire huit vu les zakouskis qui vont avec… Préparation : 45 minutes (hors zakouskis) Repos : au moins six heures. Cuisson : dix minutes par fournée

Ingrédients : 400gr d’agneau haché, 400gr de veau haché, un petit oignon émincé très finement, deux gousses d’ail écrasées, 50gr de pignons de pin torréfiés, 30gr de persil ciselé, un petit piment rouge émincé petit petit petit.

Epices : 2 cuillères à café de cannelle, deux de quatre-épices, une demi-cuillère de noix de muscade, une demi de cumin, une demi de sel de céleri et une demi de sel normal. Du poivre.    

Sauce : 150gr de tahina (la pâte de sésame qui ressemble à du miel : ‘tention, c’est glissant comme tout cette saleté et il n’est pas rare de voir atterrir la moitié du pot par terre… voir sur tes Stan Smith en nubuck neuves de la muerte qui tue…), 4 cuillères à soupe de jus de citron (je prends des petites bouteilles de jus déjà pressé qui ressemble aux citrons glacés des restoroutes quand on avait 10 ans…), une bonne gousse d’ail écrasée, du sel et 12cl d’eau.

  • Dans un grand saladier, mélange tous les ingrédients des boulettes, épices compris. Tu malaxes bien avec les doigts
  • Tu formes des sortes de petits obus avec tes mains, en faisant bien sortir l’air et en serrant assez fort pour que les boulettes se délitent pas à la cuisson. Si t’as un doute sur le salage, fais griller le contenu d’une demi-cuillère dans une petite poële pour tester et réajuster.
  • Tu mets tout ça au fridge pendant une partie de la journée, voire la nuit, le tout bien emballé dans du film.
  • Quand tu t’apprêtes à déguster, tu commences par la sauce : mélange le tahin, le citron, l’ail et le sel au fouet. Puis ajoute l’eau petit à petit jusqu’à obtenir un liquide blanc cassé un peu épais (comme du miel un peu trop liquide, tu m’suis). Fais chauffer ton four à 200°c et prépare un grand plat plat (ouarf)
  • Dans une grande poële (en vrai j’utilise mon wok), fais chauffer deux cuillères d’huile de tournesol et saisis les keftas à vif, genre cinq minutes de chaque côté. Si t’as un doute sur la cuisson trop rosée, tu décapites un de tes missiles et tu ajustes. Comme ils vont passer au four quelques minutes, je les fais juste rosés moelleux et hop ! Range les fournées dans le plat au fur et à mesure. Quand cette partie de la cuisson est terminée, le plat peut attendre l’heure du déj. Au dernier moment, tu verses la crème de tahin dessus, sprinkle quelques pignons et des feuilles de persil ciselé, tu enfournes quelques minutes pour réchauffer et le tour est joué !  

keftas1

Après, c’est atelier libre pour accompagner ces petites merveilles et te faire le mezze du siècle… Du blé concassé (ou du riz si tu veux faire moins turc), du yahourt aigre (mélange un yahourt grec, le jus d’un demi citron, sel et poivre), de la salade de pois chiche au zataar (au départ de l’hysope séché, désormais un mélange thym, romarin et sumac très prisé des libanais sur leur fromage labneh), salade de tomates, concombres et radis (en saison), des sucrines ciselées, du persil frais, des pains pitas et des énooooooormes olives (des kalamata ou des volos : celles du petit magasin crétois rue oberkampf sont à se damner!)  

PS: Les plats sont copyright Adonde, ancienne et nouvelle collections. A découvrir là...)

DSCN1550

DSCN1578

DSCN1586

 

Et toi, tu dévores quoi ? 

Bonus track: les "Chroniques de Jerusalem" de l'excellent Guy Delisle, à savourer... 

DSCN1589[1]

Posté par laureparis à 10:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Scones: Sunday style breakfast

DSC07863

Chère Laure

Il n’est pas culinairement correc’ de dire du bien Starbuck dans un blog de recettes top moumoute (quoi ? sciiiuuuze me it is). Mais voilà, faut que j'te dise...ouich, j’ aime les pâtisseries trop sucrées, trop grasses, pas maison et pas bio du tout du StarB. Ouich.

J’aimais devrais-je dire... car figure toi qu’il y a quelques mois, StarB a racheté la «Boulange», une chaine de pâtisseries françaises de Californie (tu suis?). Pour donner un petit coup de chic a son offre et se demarquer des autres chaines qui gagnent du terrain sur le marché café à emporter (McDo, Dunkin Donuts en autres), voilà-t-y pas qu’ils nous ont remplacé leurs muffins, scones et autres parts de coffee cakes décadents par des croissants, pains au chocolat et quatre quarts!

DSC07858

DSC07860

Ah non, mais non les gars, faut pas faire des trucs comme ça là!!!???!!

StarB, c’est l’Amérique les cocos et beignets aux pommes et autre croissants aux amandes n’ont rien à faire là boudiou. StarB c’est le demi litre de cawa bouillant qui, tous les matins, te décolle sys-te-ma-ti-que-ment la peau du palais. StarB, c’est la poésie du mec devant toi qui, sans bégayer, commande un « Double Ristretto Venti Nonfat Organic Extra Hot with Foam and Whipped Cream»  eeeeet pour patienter, LA vitrine des pâtisseries Made in US, celles qui collent au palais avec les calories écrites dessus. Et pis c’est toute’.

Je ne doute pas, qu’à la lecture de ce post, les têtes pensantes de StarB reviendront à la raison et auront vite fait de remettre ces gourmandises à la carte. Ok mais en attendant, je fais comment pour les scones du dimanche matin ??  Bah je m’y colle…et c’est pas mal non plus...et en plus ca ne prend presque pas plus de temps que de descendre au cafe du coin de la rue!

Et toi, tu emiettes quoi sur ton Sunday Style?

Sophie, definitivement l’amie du petit déjeuner.

DSC07913

 

LA RECETTE

Pour 6 scones (costauds): Super easy - Prep: 10 min chrono - Cuisson: 16/18 min

Ingredients: 200ml de creme liquide, 1 oeuf, 1/2 cuillere a cafe d'extrait de vanille, 250g de farine, 50g de sucre en poudre, 2 cuillere a cafe de levure, 2 bonnes pincees de sel, 100g de beurre non sale, une belle poignee de raisins secs (ou autres fruits secs qui trainent dans ton placard, amandes, noisettes ou pourquoi pas pepites de chocolat!).

Pour faire dorer les scones: 2 cuilleres a soupe de creme liquide, 1 bonne cuillere a soupe de sucre en poudre.

  • Prechauffe le four a 200 degres.
  • Melange l'oeuf, la creme et l'extrait de vanille dans un bol.
  • Dans un grand saladier, melange la farine, sucre, levure et sel.
  • Coupe le beurre en petits morceaux et ajoute le au melange de farine.
  • Ecrase le beurre dans la farine en utilsant le bout de tes petits doigts. Tu dois obtenir une sorte de sable grossier. Pas grave s'il reste quelques petits bouts de beurre mal ecrase. C'est plutot relaxant comme activite mais on ne s'endort pas et on essaye de faire ca fissa. Si tu veux obtenir un scone bien friable il faut essayer de tripoter la pate le moins possible.
  • Ajoute le melange de creme/oeuf et les raisins secs au melange precedent.
  • A l'aide d'une fourchette (c'est un peu collant donc si tu y mets tes mains tu ne les reverras peut-etre pas), melange un bon coup, juste de quoi obtenir une pate homogene. J'ai dit don't go crazy sur le tripotage!
  • Farine legerement le plan de travail. Place la pate au centre et forme un petit pate circulaire de 15,52 cm de diametre (ah t'aurais vu ta tete...t'as pas d'humour le dimanche matin toi! Environ 15cm quoi!).
  • Avec le beau couteau que je t'ai offert, coupe en 6 parts, comme si tu coupais un gateau.
  • Place les scones sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurise ou alu. 
  • Badigeonne les avec la creme restante (pinceau, sopalin trempe dedans ou tes doigts feront l'affaire) et parseme de sucre en poudre.
  • Laisse cuire 16/18 min jusqu'a obtention d'une belle couleur doree.

C'est meilleur frais alors pas la peine d'en laisser pour demain!

Posté par sophieNY à 03:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Petits pots de crème aux graines de chia : Superfood ?

DSC07709

Hello

Alors moi, Sophie, Upper West Side NY, quand je vais au pilates le weekend, dans mon collant Lululemon, pieds nus dans mes Uggs, j’aime bien avoir quelques minutes avant le début du cours pour finir mon latte et croquer dans les barres de céréales aux chia seeds (graines de chia) en vente au comptoir du studio........... KUUUUUA ??? Tu co-nnais-pas- les-chia-seeeeeeds (très aigu)? Mais enfin c’est l’année de la chia seed chérie. Ma pov’, c’que tu dois avoir mauvaise mine.

Les graines de chia ma belle c’est ce qu’il te faut pour sortir en beauté et en forme de l’hiver qui n’en finit pas (enfin de ce cote de l’Atlantique - voir photos plus loin si tu'm'crois pas). Je résume :

  • NON, la graine de chia n’est pas une nouvelle pilule pour faire aller (je préfère éloigner de suite les blagues cracra sur le précieux objet de mon exposé).
  • Bourrée d’oméga 3 : pour avoir le poil soyeux sans sentir la sardine ou le maquereau
  • Très riche en fibre (donc ne se consomme pas par saladier sinon…ouich, ça fait aller !!!)
  • Pratiquement pas de calories
  • Peut absorber jusqu'à 10 fois son volume de liquide (ouais ça va, j’en connais d’autres). Résultat : moins de petits creux, ce qui en fait le chouchou des régimes,
  • ET, d’utilisation enfantine, tu ajoutes un liquide (lait de vache, de coco, d’amande, yaourt…), tu touilles tu touilles, tu laisses reposer et voilà. Pas de cuisson, tu peux meme le preparer au bureau tiens !

DSC07698

J'me suis fait carjacker mon "studio" photo!

J'me suis fait carjacker mon studio photo!!

Alors exit la graine de lin (oh my god sooooo last year), les kales et que sais-je encore. Cette année, c’est chia dans les smoothies, les pancakes, les gaufres, chia moulue, chia en barre, bref chia partout (j’avais dit pas de blague).

Marketing ? Ca vo po ta tête ? Il parait que même les incas, ils en avaient plein coincées entre les dents (ah oui c’est un problème ca).

Bon, l’autre hic, c’est que certains sont un peu dubitatifs sur sa texture. Je dirais, un mix entre le tapioca et une graine de pavot (des petites boules toutes douces, légèrement gélatineuses avec un minuscule cœur croquant….euh un très petit petit œil quoi!).

DSC07707

Oh ca va t'es sensible, reste la et goute moi ça, c’est bon pour c’que t’as, c’est facile et rapide à préparer, parfait pour un petit dej' plein de bonnes choses, c’est rigolo, ça change et c’est sooooo New York bab’.

Et toi, tu manges quoi pour avoir la frite sans ressembler à une patate ???

Love from the cold.

Sophie

DSC05614

IMG_4674

IMG_4678

LA RECETTE

Pour 3/4 pots de cremes : Prep : 5 min – Repos : Min 4 heures – Difficulte : Euuuuh plus facile, c’est pas possible.

Ingrédients :  250 ml de lait (ou lait de coco, amande...), 2 cuillères à soupe de miel (ou sirop d’érable), 3 cuilleres a soupe (environ 30-35g) de graines de chia. Ca c'est la base que tu peux agrementer comme bon te semble, zeste de citron, extrait de vanille ou pourquoi pas poudre de cacao. Ajoute ensuite quelques toppings, ici amandes concassées et framboises (c'est-à-dire ce qui était dispo dans le frigo).

Dans un récipient qui ferme (genre grand bocal, tuppeware, pot de fromage blanc vide...), mélange le lait et le miel, les graines et le zest ou la vanille.

  • Ferme (fais pas l’œuf, n’oublie pas de fermer).
  • Shake it, shake it.
  • Laisse reposer au minimum 4 heures dans le fridge ou toute la nuit. Si t’es dans les parages, remue le bazar de temps en temps pour que le mélange soit plus homogène.
  • Avant de servir, ajoute un peu de lait, touille un bon coup et ajuste en sucre a ton gout. Sers avec un peu plus de sirop, des fruits, des noix, un coulis……
  • Go, go sparkle in Paris streets……

Love. 

DSC05629

2014-02-24

 

Posté par sophieNY à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Tortilla soup - J'veuuuuuux du soleil!

 DSC07647

Hola mujer!

Hiver Historique, records de froid, 3 semaines de neige d’affilée. Toi qui déteste le printemps et adore les saisons bien tranchées, tu adorerais ce début d’annee 2014 à New York. Seulement j’te le dis tout net bab’, au bout de 2 mois, tu troquerais volontiers tes Uggs (en version imperméabilisée cette année….aaaaah bonheur intense), Canada Goose et autre cache-oreilles contre une bonne paire d’Havaianas. Nope qu’ils répondent a la météo, il faudra probablement patienter jusqu’au mois d’avril. Aaaaarrrrhhhh, j’veux du soleil, j’veux du soleil, j’veeeeeeuuuuux duuuu soleeiiiil.

DSC07603

Ayant déjà grillé mon maigre quota de congés payés, j’ai bien pensé à me ruer sur un pichet de mojito ce qui n’est pas forcément la meilleure solution : ça te donne un bon petit coup de chaud mais après, c’est dans ta tête et tout le weekend qu’elles raisonnent les maracas. J’ai donc trouvé refuge dans la cuisine…pour changer.

Depuis le Super Bowl (haute saison de la cuisine tex-mex, viande hachée et fromage à gogo…promis, un jour je posterai une de ces aberrations caloriques), mes amis du Fairway, nous proposent un tas de piments plus beaux les uns que les autres : Habanero, poblano, japapeno, anaheim, hungarian… you name it ! Tant et si bien qu’incapable de retenir leurs noms et leur capacité a me donner le hoquet, j’ai pris l’habitude de ne les choisir que par leur couleur, leur forme et leur brillant…la roulette russe quoi.

 DSC07653

2014-02-151

Les américains en sont dingos et il n’est pas rare que je reparte du rayon avec une recette sous le bras…et 10 mins de retard tant il est difficile de les arrêter une fois lances sur la meilleure façon de consommer leur « favorite ».

Moi qui ne suis pas une grande fan de ce que j’ai toujours considéré (à tort probablement, no offense my friends) comme du pousse Margarita, je dois dire qu’il est certaines saveurs typiques de la cuisine mexicaine qui me titillent les papilles et auxquelles j’ai du mal à résister : le petit gout de reviens-y de la farine de maïs, le fumé des chipotes (voir ici) et la coriandre qui m’envoie direct en vacances.

Tu mets tout ça dans une soupe et tu obtiens un véritable life saver, à servir en entrée ou pour un diner léger. Le mélange est détonnant et passée la surprise de la première cuillère, cette soupe est un véritable voyage au soleil à elle toute seule, chaleur et couleurs garanties (je parle du plat, pas de la tête de tes convives…by the way, s’ils deviennent trop rouges, ouvre la fenêtre et appelle le 911, c’est que tu as eu la main un peu lourde sur le jalapeno).

DSC07629

Au loin, les chasse-neige raclent les avenues et les pèles gratouillent les trottoirs mais mouuuua j’m’en fous car chez moi ça fait ding ding dingue ding ding ding comme une samba (quoica la samba c’est pas mexicain….pfff t’y connais vraiment rien !).

PS 1 : Purée de purée, est-ce que tu savais que les chasse-neige de NYC étaient en fait des camions poubelles kités pour l’occasion. C’est moche de m’avoir caché ca pendant 6 ans les gars !

PS 2 : Bien sûr, comme d’habitude quand il s’agit de pimiento amigo, si t’es un chicken (aka : une mauviette), tu y vas mollo  au départ et tu augmentes la dose doucement.

Et toi, tu manges quoi quand il fait froid ?

Besos. Sophie

 2014-02-15

LA RECETTE – (Pour 6 entrées, 4 en plat principaux)

Ingredients: 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1 oignon, 3 gousses d’ail, 2 piments jalapeno frais, 2 cuillères à café de paprika fume, 1kg de tomates, 1 cuillère à soupe de ketchup, 1.5L de bouillon de poule, 2 cuillères d’huile végétale, 6 tortillas de maïs, 30g de beurre, 1 demi poulet rôti effiloche, cottage cheese (de la crème fraiche c’est bon aussi), quelques brins de coriandre frais, sel, avocat (si tu n’es pas mariée avec un allergique), une pincée de piment d’Espelette.

  • Pèle et émince l’oignon. Pèle et écrase les gousses d’ail. Epépine le piment (voir précaution d’usage ici).
  • Dans une marmite, fais chauffer l’huile. Fais revenir l’oignon, l’ail, le piment et le paprika pendant 5/10 minutes avec une bonne pincée de sel.
  • Coupe grossièrement les tomates et ajoute-les dans la marmite. Ajoute le ketchup et le bouillon.
  • Porte à ébullition. Couvre et laisse mijoter pendant environ 30 minutes.
  • Pendant ce temps, coupe les tortillas en fines lanières.
  • Fais chauffer 2 cuillères d’huile végétale dans une grande poêle. Ajoute les lanières de tortillas et laisse colorer pendant 2/3 minutes.
  • Egoutte sur du papier absorbant et sale.
  • Quand la soupe est cuite, ajoute le beurre et mixe la. Ajoute le poulet émietté dans la soupe mixee et laisse réchauffer le tout quelques minutes.
  • Goutte (ah ça a du caractère hein ?) et ajuste l’assaisonnement en sel.
  • Sers la soupe bien chaude en plaçant la garniture de poulet au centre, repartis un peu de cottage, quelques lanières de tortilla et quelques brins de coriandre. Tu peux aussi ajouter quelques tranches fines d’avocat pour atténuer el fuego del piiiimiento). Parsemé d’une pincée de piment d’Espelette (optionnel, pour la touche finale).

 DSC07642

2014-02-152

Posté par sophieNY à 05:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



Recettes d'Halloween......scaryyyyyyyyyyyyyy

DSC07239

Non d’un potimarron. Ca y est. Je suis encore à la bourre.

Ca fait des semaines que je me prépare, que je ne me nourris que de balais de sorcières, d’enfants emmaillotés dans la pate feuilletée et que je boulotte des œufs mimosa plus effrayants les uns que les autres pour sortir Ze Halloween Party Post. Voila ti pas que c’est déjà fini et le bazar n'est toujours pas publie! Crotte.

2013-10-27

 

DSC07224

 

Il faut dire que cette année, je ne pouvais pas passer à cote. Ils ont mis le paquet. Probablement la frustration de l’année dernière qui avait vu la très vilaine Sandy voler la vedette a tous les gentils fantômes de Manhattan. Cette année,  tout le monde avait envie de faire la fête et ca se voyait. Le canard assis à cote de moi dans le métro jeudi soir le faisait d’ailleurs remarquer au hot dog assis en face et qui draguait un pirate en mini jupe. Mais c’est surtout quand j’ai vu débarquer quelques chats et autres diablotins au bureau que je me suis dit que, la, il s’passait quelque chose et que c’en était fait, j’étais officiellement a la bourre pour le post d’Halloween !

Le marathon fait aussi son grand retour demain après une année off (rapport a comme quoi Irène etc..).  L’Upper West Side tout entier va a nouveau se transformer en ligne d’arrivée géante, les coureurs  rougeots  et beats nous narguant toute la journée avec leur médaille autour du cou et leur couverture de survie dorée sur le dos (qu’est ce qu’ils se la petent ceux la avec leur 3 petites heures de jogging la !).

2013-10-271

Halloween, marathon…autant de marqueurs de la vie New Yorkaise, immuables, qui  annoncent doucement l’entrée dans l’hiver et le coup de feu des festivités. Le compte à rebours de la fin d’année est lance. Apres les citrouilles edentees, les dindons vont prendre le pouvoir. S'en suivra un mois non stop de chants de Noel (un autre marathon bien plus eprouvant pour les non sportifs) et de la douce lumiere des chandeliers de Hanouka. Attention, attention : A tous ceux à qui les fêtes de fin d’année ont tendance à coller le bourdon…ne venez pas vous installer a NYC…ca dure 3 mois!

Pour l'annee prochaine donc, une sélection maison de recettes toutes simples a bricoler avec des Schtroumfs gourmands. Tu noteras que je t’ai épargne les citrouilles qui crachent du guacamole, les cerveaux en spaghettis tomate et autres réjouissances du meilleur gout.

2013-10-272
DSC07180

MTP: Ah oui au fait. Si tu ne me donnes pas de nouvelles, je t’envoie mon strem’  préfère te chercher par la peau du skull  (crane en anglais, JEUX-DE-MOTS).

 

DSC07252

 

LES RECETTES: Beta mais efficace.

Spider eggs: Oeufs, mayonnaise,(vous en avez de la bonne vous au rayon frais!), olives noires

Fais cuire les oeufs durs (voir ici la recette). Ecaler les oeufs et les couper en deux dans la hauteur. Avec une petite cuillere, place le jaune dans un bol et melangeravec un peu de mayonnaise. Replace une petite cuillere de farce dans chaque oeuf.

Coupe une olive en deux. Place une moitie au milieu de la farce. Couper l'autre moitie en petits batonnets pour former les pattes de la bete.

--------------

Balais de sorciere: Gateaux apero en forme de baton (pretzle, gressin...), tranches de fromage (debrouille toi pour en trouver un bon et carre de preference), quelques tiges de ciboulette fraiche.

Plie la tranche de fromage en deux. Avec une paire de ciseaux (pas celle pour faire le jardin), coupe des franges dans le fromage (en gros des fentes dans couper jusqu'en haut). Enroule la tranche de fromage au bout d'un baton et attache le tout avec une tige de ciboulette (ca c'est la partie qui enerve un peu).

---------------

Momie en pate feuilletee: Knackies, pate feuilletee, 1 jaune d'oeuf.

Pre-chauffe le four a 180 degres, Coupe les saucisses en 2. Decoupe un laniere de pate d'environ un cm de large. Enroule la pate autour de la saucisse comme un bandage. Quand tu arrives au 3/4, coupe la pate et forme un petit chapeau avec le reste de la pate a l'autre bout. Place les petites momies dans un plat allant au four. Badigeonne avec un peu de jaune oeuf et laisse cuire 10/15min. Quand c'est dore. C'est cuit!

Posté par sophieNY à 04:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pickled eggs aux betteraves (oeufs marinés au vinaigre et aux betteraves)

DSC06994-001

J'avais trouvé tout un tas de jeux de mots de grande qualité pour titrer cette nouvelle recette. J'ai finalement décidé de rester sobre en me disant qu'au vu des photos,  tu te demanderais déjà ce que j'avais bien pu fumer cet été.

Alors, attentiiiiiiion ca pique et ça fait mal aux yeux. Voila ce qui va réveiller la fin de ton été et te donner envie de pique-niquer dans ton canapé tout l'hiver...enfin normalement car les réactions sont parfois...euh...variées.


2013-09-005

Moi je suis dingo des cornichons (bah ouais). Tu peux imaginer que je suis à la fête ici où ils font tout mariner dans le vinaigre...et que j'te pickle tout ce qui me passe sous la main, du concombre au chou-fleur (hummm rôti) en passant par les oeufs donc. Ne va pas croire en effet que je tiens là l'invention du siècle. Le pickled egg est une vieille recette remise au goût du jour par la vague foodies qui a relancé, en autre, l'art de la conserve (sorry chérie mais le frozen  c'est sooooo last summer!).

J'avais bien sur aperçu ces bocaux d'oeufs sur les étals des green markets mais c'est un petit tour dans un marché Amish qui m'a finalement décidée a tenter l'expérience. Alors ouich....je suis allée a Philadelphie sans toi (arggghh) mais ne t'en fais pas j'y retournerai avec plaisir puisque je n'y ai vu que la Barnes Foundation (merveilleuse) et qu'un petit tour de 5 minutes dans un marché s'est transformé en une excursion de 3 heures (oui c'est ça mon luxe Modame, l'aller-retour a Philly pour voir une expo et acheter des cinnamon buns a des vendeurs tout droit sortis de Witness).  

DSC06953-001

DSC06984-001

Revenons à ce marché (comment ça il ya une ville autour?). Je pensais pourtant disposer de tout ce qu'il me fallait dans l'Upper West Side en matière de food stores de compét'. Et bah il faut croire que non et il me FAUT le Reading Terminal Market au bout de ma rue main-te-nant!. Un marche couvert permanent qui donne envie de se mettre aux fourneaux et d'inviter tous tes potes, des boucheries à faire virer sa cuti au plus végétarien voire à lui faire machouiller du boeuf séché, des sandwichs plus décadents les uns que les autres (pays du Philly Cheese Steak tout de même) et les fameux stands Amish qui, en dehors du folklore, valent vraiment le detour.

Parce qu'ils font tout les Amish, de la charcuterie aux conserves en passant par les pâtisseries un peu zarbi et plein de trucs que je n'avais jamais vus ou goûté de ma vie; une des grandes spécialités et attractions étant le bretzel maison, façonné devant tes yeux, qui bavent (si c'est possible) et servi chaud à peine sorti du four. Ne songe même pas à goûter la version en carton servie dans Central Park apres ça! 

2013-08-16 Vacances 2013

2013-08-16 Vacances 20131

J'étais comme une folle là dedans en me disant "il faut que j'emmène Laure, c'est pas dieu possible, il faut que j'emmène Laure". Tout cela méritait bien une petite carte postale gourmande avec cette recette quasi inédite en France (ah si j'ai fait des recherches) et que ma Loulou adore (ce qui est rose ne peut pas être mauvais).

Les Amish n'ont pas inventé les pickled eggs mais ils ont eu la bonne idee de les faire mariner avec des morceaux de betteraves ce qui, après quelques heures de trempette leur donne cette couleur complétement psychédélique. Dans une salade, un sandwich (so Brooklyn) ou simplement pour un oeuf mayo sous amphét'...ils te feront voir la vie en ros-oeufs (ahahahahahahahhhh j'ai pas pu résister!).

Je sais que tu doutes mais believe me...you'll love it.

Sophie. Agitée du bocal donc.

DSC06985-001

 LA RECETTE

Pour 6 oeufs: 1 betterave rincée (une grosse ou 2 petites), 6 oeufs, 1 oignon pelé et émincé, 2 gousses d'ail épluchées, 1 grosse pincée de sel, 3 grosses cuillères à soupe de sucre en poudre, 250 ml de vinaigre de cidre ou d'alcool, 1 feuille de laurier, 1 cuillère a café de graine de moutarde, 1 cuillère à café de graines de coriandre, 1 cuillère a cafe de poivre en grain (et plus d'épices si affinités)

  • Dans une casserole, place les betteraves, couvre d'eau et porte à ébullition. Laisse cuire jusqu'à ce que les betteraves soient tendres (en 15-20 mins en fonction de la taille). Egoutte et rince à l'eau froide. Pêle les betteraves et coupe les en rondelles.
  • Pendant que les betteraves cuisent, place les oeufs dans une casserole et recouvre d'eau. Porte à ebullition. Compte 10 min à partir de l'ébullition. Egoutte les oeufs et place les dans l'eau froide. Laisse refroidir. Ecale les oeufs.
  • Dans une casserole, ajoute l'oignon, l'ail, le sel, le sucre, le vinaigre et les épices. Porte à ebullition et laisse mijoter pendant environ 5 minutes en touillant de temps en temps. Laisse refroidir complétement
  • Dans un grand bocal, ajoute les oeufs, les betteraves et la marinade. Agite un peu le tout pour mélanger les ingrédients (ferme le bocal avant malheureuse!).
  • Et zou au frigo pour une bonne nuit (minimum) de trempette.
  • Sers quand bon te semble si tu n'as pas tout boulotté en passant la tête dans le frigo apres une longue journée de boulot....et regarde la tête de tes convives!

PS 1: Se conserve plusieurs semaine au réfrigérateur.

PS 2: Si t'as voulu te la péter et ne pas mettre de timer pour faire cuire tes oeufs...et que bien sûr tu ne sais pas s'ils sont durs ou pas: Sors un oeuf de l'eau et fais le tourner sur lui-même sur le plan de travail, comme une toupie. S'il reste a la même place: il est cuit. S'il traverse le plan de travail: remets le à cuire...et la prochaine fois mets un chrono!

Posté par sophieNY à 05:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Boulettes de porc caramélisées : le Japon au bout de la brochette

 

2000

Ohayo Gozaimasu!

En hommage à James Gandolfini (dont l’infarctus nous a fait replonger dans les neuf saisons des Sopranos, ce qui a sévèrement raccourci le temps de paupières closes des nuits sur le boulevard Leblack), j’aurais pu préparer des polpette alla calabrese et autres italiénités puisque mon humeur était aux boulettes. Oui mais voilà, je suis passée de la mafia aux yakusas, les yeux et les papilles encore tout émoustillés de quelques jours passés là-bas, dans cet orient très (très) compliqué quand il s’agit de cuisine.

2013-08-084

1881

Si on se fiait à ce que la gastronomie japonaise a exporté vers nous par méga-tonnes depuis trente ans, on imaginerait Tokyo dégustant du poisson cru matin, midi et soir. C’est une illusion d’optique. Evidemment, tu peux déguster des sushis, des sashimis et autres makis (et on ne s’est pas privés : même la crevette qui bouge encore ( !) on l’a avalée… glups)  mais ce sont des plats plutôt chers pour le commun des estomacs et le repas traditionnel n’en contient que des petites portions.

 

1883

 

La France est le plus gros consommateur de sushis d’europe… mais les Japonais sont les plus grands mangeurs hors de chez eux du monde d’où les bento, ces boîtes-repas qui peuvent ressembler à un vieux tupperwares ou une œuvre d’art selon où tu les dégustes. Mais dedans, c’est toujours un ravissement : la cuisine japonaise se mange d’abord avec les yeux ! (ce n’est pas moi qui le dis, c’est une règle : il faut satisfaire tous les sens…)  

 

1888

 

Soupes, nouilles (les udon blanches, les soba au sarrasin, les ramen et somen plus fines qui viennent de Chine) et légumes sautés composent le bread & butter des Japonais, qui mangent à toute heure, tout le temps. Le repas traditionnel- ichiju sansai, littéralement « un riz trois assiettes » fait de la place à de nombreux accompagnements, souvent des légumes marinés (les tsukemono, des cousins du kimchi coréen), un plat d’œuf ou des petites tranches de poisson. Une seule chose est sûre : tout est découpé en petits morceaux pour pouvoir être attrapé par des baguettes (qui sont plus courtes et plus fines que les chinoises : c’est acrobatique!).

En quatre jours, dans cet archipel de goûts qu’est le Japon, autant te dire que je n’ai pas fait le tour de ses trésors. Mais ce que j’ai picoré dans la rue était un voyage en soi, des gâteaux fourrés à la pâte de haricots rouges (omniprésente dans les desserts, un concept qui n’existe pas trop là-bas) aux crackers faits sous tes yeux (trempés chaud dans la sauce de ton choix soja, huître ou sésame, en passant par les sucettes molles cuites à la vapeur renfermant de la cacahuète pillée ou les takoyaki, des balles de poulpe grillés cuites sur des plaques qui ressemblent à nos sacs de boules de pétanque de plage !  

2013-08-085

Après, il faut pas se mélanger les Y entre les yakisoba (les nouilles sautées donc), le teppanyaki (la « plancha » japonaise), les gyoza (les raviolis sautés) et les yakitoris (les petites brochettes de tout) dont voilà une adaptation libre, inventée sous latitude parisienne avec l’aide des épiceries de la rue de Belleville ! Itadakimasu (ce qui – j’aime le concept – ne veut pas dire « bon appétit » au début du repas mais « merci de l’avoir préparé ») !  

 

1913

 

LA RECETTE

Pour quatre personnes – Un poil délicat, faut juste y aller tout doux et ça roule - 30 mn de préparation, 30 bonnes minutes de cuisson (en plusieurs poêlées)

Ingrédients : 300 gr de grillade de porc haché, une gousse d’ail, une tige de citronnelle, un morceau de gingembre (l’équivalent d’une cuillère à soupe une fois râpée), dix tiges de coriandre, quelques gouttes d’huile de sésame, quatre cuillères à soupe de sauce de soja, deux cuillères à soupe d’huile neutre, du sucre en poudre. De la sauce soja sucrée pour déguster.

1996

 Tu laves coriandre et citronnelle, tu épluches gingembre et ail. Tu éminces et râpes le tout dans un saladier. Tu fais tremper tes piques à brochettes en bois dans de l’eau (ça leur évitera de cramer dans la poêle dans trente minutes !)

Tu ajoutes la viande hachée à ce mélange ainsi que l’huile de sésame, quelques gouttes d’huile neutre (arachide ou tournesol), deux cuillères de sauce de soja et tu malaxes bien le tout avec les mains (ou avec Bob le robot, c’est égal : il faut juste que ce soit très homogène à la fin). Tu places le saladier au frigo une quinzaine de minutes (ou plus) : n’oublie pas le film alimentaire dessus, sinon ton frigo va embaumer l’ail !

 

1986

Tu sors les piques de l’eau et tu les sèches. Une fois la pâtée refroidie, tu formes des boulettes : pour la taille cela dépend de toi et de ce que tu veux faire des brochettes. Si c’est un plat fais le un peu joufflues, pour un apéro sculpte les de la taille d’une noisette plutôt qu’une noix. Tu en enfiles trois ou quatre par brochettes.

1995

Ensuite, tu prends une grande poêle ou un wok, tu fais chauffer l’huile et tu déposes autant de brochettes possibles. Elles doivent cuire cinq à sept minutes sur toutes les faces donc tu les retournes au fur et à mesure. Quand elles sont cuites, tu ajoutes une cuillère de sauce de soja et une cuillère de sucre en poudre pour les caraméliser. Tu répètes l’opération pour toutes tes fournées et voilà…

 

1998

Elles peuvent être dégustées chaudes ou froides, avec des boulettes de riz à sushi au sésame (vert ou noir même si j’ai du mal à trouver du vert par ici…) Une bière Sapporo et sayonara !

 

1988

2001

 

 

Posté par laureparis à 16:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Clafoutis, c'est fini(iii)...


2013_08_083

Oui mais comme disent les magasins de ton côté de l’océan : « it’s always summer somewhere » donc il y en a bien, parmi nos lecteurs des quatre coins de la planète ( !), qui ont encore des poignées de cerises fraîches sous la main (et quelques-unes coincées sur l’oreille façon créole), des paniers de Burlat, des saladiers de bigarreaux…  

Cette année, j’ai résolu le problème du temps qui passe (rien de moins, oui madame) en congelant un max de belles cerises bien mûres par sachet de 500 grammes pour pouvoir ressortir un morceau d’été de mon four quand je veux ! J’ai pas fait compliqué : cerises entières, noyaux compris, parce qu’on va pas te la faire à toi hein : les noyaux c’est ce qui fait tout dans le clafoutis,  LE dessert qui rime avec vent chaud, verger, vacances, barbecue, sieste sous les arbres et tout le toutim (quoi ça rime pas ;)

2052

 

Des années que je cherche le bon équilibre entre flan et gâteau, pour atteindre la texture parfaite : ni trop spongieuse ni trop farineuse. Et ben figure toi – C’EST DANS LES VIEUX POTS QU’ON FAIT LES MEILLEURES RECETTES HEIN ^^ – que c’est dans le Larousse de la cuisine que je l’ai dénichée : le bouquin que je traîne depuis vingt ans, de déménagement en emménagement, pas glamour pour deux balles, des photos démodées depuis la minute où elles ont été publiées, loin, très loin de la hipster bobo foodista mania quoi. Alors voilà, «because it must be summer somewhere », les secrets du clafoutis de cerises révélés rien que pour toi, c’est l'été c'est cadeau !

 

2013_08_082PS : ah et bravo et grazie mille pour la recette du café glacé, juste ce qu’il nous faut ici pendant notre « épisode caniculaire». Juste: ma moitié ne te dit pas merci ! Signé : Duracelle

 

LA RECETTE

Pour six personnes – Honnêtement pas compliqué – 20 mn de préparation, 45 mn de cuisson

Ingrédients : 500 gr de cerises bien mûres (AVEC LEURS NOYAUX hein, no fooling around…) 4 œufs, 125 gr de sucre semoule, 80 gr de farine, 60 gr de beurre, 25 cl de lait, un sachet de sucre vanillé (ou pas…)

 2043

Tu passes les cerises à l’eau rapido, tu les sèches, tu les équeutes et tu tentes de pas en boulotter les trois quarts. Tu fais fondre le beurre (micro-ondes ou casserole, je n’ai pas d’oukase en stock ce coup là…). Tu allumes le four à 180°c

Tu bats les œufs avec une pincée de sel puis le sucre. Tu peux demander à Bob le robot de le faire à ta place pour aller plus vite évidemment mais cela créera un peu des bulles d’air et en fait ben on en  veut pas trop des bulles d’air dans le clafoutis donc comme tu veux tu choises

Tu ajoutes la farine et tu mélanges jusqu’à ce que l’ensemble soit bien lisse et tu ajoutes le beurre fondu et refroidi avant de délayer le lait. C’est presque prêt

Tu beurres un plat en porcelaine, tu cales les cerises dedans et tu verses ta pâte tranquillou dessus. Tu peux ajouter quelques petits morceaux de beurre dessus : ça va fondre et faire des petites tâches dorées sur le dessus de ton clafoutis.  

Tu enfournes et tu surveilles. Normalement, trois quarts d’heure plus tard, tu as le king of summer desserts entre les mains. Le Larousse dit : « saupoudrez de sucre vanillé » mais je suis pas trop fan : j’aime trop le goût de la cerise pour le noyer sous autre chose ! Tu le laisses refroidir et puis… tu les regardes l’engloutir !

 

2013_08_08

 

 

Posté par laureparis à 19:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le vrai cafe glace - Summer stuff

 DSC06236-001

Dear Frenchie

T'as du cafe, t'as de la glace...tu fais du cafe glace...ouuuqueneniiiii, horreur, malheur, sacrilege, orifice. Au pays du Starbuck, on peut te coller en cabane pour moins que ca ma cherie. Un cafe lambda refroidi avec des glacons...pfff...pourquoi pas du deca instantanne pendant qu'on y est???!!!???

Alors ecoute moi bien cocotte. Si tu veux revolutionner le petit dejeuner ou l'heure du gouter au bord du lac cet ete, lis bien les instructions suivantes et tu ne le regretteras pas. Fini les cocktails, les glaces maison...cette annee sera cafe glace et pis c'est toute'.

Je declare d'ailleurs ce breuvage, recette ideale pour les vacances...meme pas besoin de faire bouillir de l'eau, juste le temps d'une serie de siestes ou d'une bonne nuit et c'est pratiquement pret. Et oui, contrairement a ce que l'on peut croire, le meilleur cafe glace s'obtient a froid en laissant macerer le cafe moulu pendant au moins 8 heures. Encore un peu de patience pour filtrer ce qui ressemble plus a du petrole qu'a une boisson rafraichissante et la clef du succes n'est plus tres loin.

DSC06229-001

Prepare quelques litrons a l'avance pour ne pas etre a sec, mets une option sur le bac a glacons (le Ricard attendra), achete des pailles et des grands verres (ici la tendance est de le siroter dans un bocal. Pas compris pourquoi mais je fais pareil)...et viva la vida.

Lait entier ou pas, concentre sucre (ah oui c'est bon ca), sucre vanille, sirop de caramel, chantilly, poudre de chocolat...bring them in, chacun ira de sa version. Je suis certaine qu'avec un peu de wiskaille tu obtiens un Baileys frappe pas mal du tout (attention a la cafeine toutefois car avec ca tu es partie pour toute la nuit!).

PS: Pop pop pop...on ne chipote pas sur la qualite du cafe, "garbage in, garbage out" comme on dit par ici!

Porte toi bien et bois frais.

Love.

Sophie DSC06217-001

LA RECETTE*

Pour 2 litres de concentre de cafe - Plus que facile - 8 heures de repos

Ingredients: 125g de cafe moulu, 2 litres d'eau froide, lait (entier ou pas, creme, lait concentre sucre), sucre (vrai ou pas, vanille, sirop...).

  • Dans un grand recipient, melange le cafe avec l'eau.
  • Couvre et laisse mariner a temperature ambiante pendant 8 heures.
  • Filtre la mixture et conserve le concentre de cafe au frais jusqu'a utilisation.
  • Pour preparer le cafe, remplis un grand verre de glacons. Rempli le verre au 2/3 de cafe et ajoute lait et sucre suivant ton gout.
  • Touille et sirote les pieds en eventail.

*Inspiree de "The Pionneer Woman"

Posté par sophieNY à 14:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »