DSCN1740

 

Ouai ouai je sais… Des lustres que je te crie que j’aime PAS le rose (encore plus depuis que je feuillette, ébahie, les catalogues ultra-gender pour tous petits mais c’est autre chose, je te l’accorde, passons…) Donc c’est un «ouai ouai MAIS». Car quand il s’agit de concocter un sorbet à la fraise aussi incroyablement bon que fantastiquement simple - sans sorbetière (autant te dire que ça fait une énoooorme différence : il n’y aura plus la queue devant le congélo au lac en attendant le chargement des accus ;-) - je sais mettre mon Pantone et mes convictions picturales au frigo… Je te présente la vedette estivale de nos dîners parisiens, une petite merveille de simplicité certes mais qui mérite qu’on lui offre les meilleures baies rouges. Et là, y’a du nouveau sur les étals figure-toi.

Je ne te ferai pas l’affront de te rappeler les garriguette : elles sont partout, des menus de bistrot aux cagettes de primeurs bobos qui refusent tout ce qui vient d’Espagne (et qui n’a strictement aucun goût : stay away dear !) Sauf, sauf, sauf qu’elle est en train d’être détrônée la poulette garriguette car voici que se profilent la ciflorette (plus sucrée), la cléry (plus grosse et plus ronde) et la mara des bois (un chef d’œuvre de marketing vert puisque cette variété inventée dans les années 90 - la garriguette est née vingt ans plus tôt - pousse évidemment comme les autres dans des potagers, loin des cimes des futaies et de ses lointaines petites cousines sauvages …). Ce printemps, j’ai aussi croisé des Annabelle (mais oui !) et des Charlotte boulevard Leblack…

 

DSCN1731

Devant tout ce choix, j’ai décidé de m’en remettre… au hasard ! Des mois qu’il faut que je te parle de notre nouveau dealer: Potager City (clique là). Une Amap mais pas vraiment, un site internet mais pas seulement, une autre agriculture (et une autre consommation) assurément. Bref, un vrai bon filon (merci Anna !): tu commandes sur le web une «Box» qui change toutes les semaines: contenu garanti bio ou agriculture raisonnée, cultivé le plus proche possible du lieu de commande et deux jours plus tard tu es livrée dans un magasin-relais de ton choix. Tada! Un rêve de (beautiful) parisian working people!  Autant te dire qu’on s’est fait des ventrées grâce aux Figues Box cet automne, que la Fraîcheur Box nous ravit tous les mercredis soirs (t’as jamais mangé des rougette pareil, c’est juste impossibeul) et que depuis un mois, nous attendons la Fraises Box comme François attend l’inversion de la courbe… Sauf que nous, et ben, elle arrive sans faute jusqu’à la cuisine la Box… On dit ça, on dit rien hein…

ETTMQ fraises retouché

Pour mon nouveau dessert préféré, c’est donc souvent des « rondes sucrées»  (dixit le bon de livraison) que je mixe et glace sans connaître leur pedigree : il me suffit d’ouvrir le carton et de humer pour savoir que c’est d’la bonne ! Après, le seul problème, vu la facilité de la recette, c’est de ne pas en faire des litres et des litres et des litres au risque de faire péter les plombs de ton tout nouveau frigo! Après, rien ne t’empêche d’emballer de frais tes petits pots de douceur, de jouer les chaperons roses et de filer en Touraine pour fêter Violaine! 

anniversaire violaine

 

DSCN1733

Allez hop, on prend le frais et on se fait du bien…

 

LA RECETTE 

DSCN1739

Pour quatre personnes (si tu arrives à ne pas finir le demi-litre avant)  - Une vingtaine de minutes de préparation et 12 heures de congélation (c’est la partie la plus dure de la recette: attendre que ce soit prêt…)

Ingrédients : 500 grammes de fraises, 175 grammes de sucre en poudre, un blanc d’œuf et le jus d’un citron. Et BASTA !

Sans manger la moitié de la barquette, tu passes rapidos (et tu sèches avec un sopalin) les fraises sous un filet d’eau froide, tu les équeutes et tu les coupes en morceaux dans soit un saladier soit le bol de Bob le Robot (qui s’appelle Werther ici mais c’est pareil)

Tu ajoutes le sucre, le blanc d’oeuf et le jus de citron. Et tu mixes, tu mixes, tu mixes. Pendant au moins cinq minutes (attention, je te voaaa : « ouai elle dit cinq mais deux ça ira bien hein… », ben non en fait parce qu’il faut obtenir une purée hyper onctueuse sans morceau. Toc)

Ensuite, tu changes d’appareil et tu bats le mélange au fouet électrique pendant encore cinq bonnes minutes (on veut faire mousser le blanc d’œuf, got it ? C’est ce qui va donner sa texture au sorbet… #astuce)

Et puis voilà, c’est terminé: over easy! Tu dispatches cette préparation dans des petits ramequins individuels, dans un moule à manqué ou un pot de 500 ml, tu places le tout au congélo et tu les sors douze heures plus tard. Tu peux pousser le vice en servant une salade de fraises à côté ou un coulis minute (100 grammes de fraises, 50 grammes de sucre dans une casserole, dix minutes de petits bouillons et un coup de mixer et voilà).

Depuis qu’un basilic crèche sur mon balcon (entre autres sources de verdure), j’ai tenté un fraises-basilic : not bad ! Fraises-menthe très bien aussi, en attendant de tester avec d’autres fruits. Stay tuned !