DSC07647

Hola mujer!

Hiver Historique, records de froid, 3 semaines de neige d’affilée. Toi qui déteste le printemps et adore les saisons bien tranchées, tu adorerais ce début d’annee 2014 à New York. Seulement j’te le dis tout net bab’, au bout de 2 mois, tu troquerais volontiers tes Uggs (en version imperméabilisée cette année….aaaaah bonheur intense), Canada Goose et autre cache-oreilles contre une bonne paire d’Havaianas. Nope qu’ils répondent a la météo, il faudra probablement patienter jusqu’au mois d’avril. Aaaaarrrrhhhh, j’veux du soleil, j’veux du soleil, j’veeeeeeuuuuux duuuu soleeiiiil.

DSC07603

Ayant déjà grillé mon maigre quota de congés payés, j’ai bien pensé à me ruer sur un pichet de mojito ce qui n’est pas forcément la meilleure solution : ça te donne un bon petit coup de chaud mais après, c’est dans ta tête et tout le weekend qu’elles raisonnent les maracas. J’ai donc trouvé refuge dans la cuisine…pour changer.

Depuis le Super Bowl (haute saison de la cuisine tex-mex, viande hachée et fromage à gogo…promis, un jour je posterai une de ces aberrations caloriques), mes amis du Fairway, nous proposent un tas de piments plus beaux les uns que les autres : Habanero, poblano, japapeno, anaheim, hungarian… you name it ! Tant et si bien qu’incapable de retenir leurs noms et leur capacité a me donner le hoquet, j’ai pris l’habitude de ne les choisir que par leur couleur, leur forme et leur brillant…la roulette russe quoi.

 DSC07653

2014-02-151

Les américains en sont dingos et il n’est pas rare que je reparte du rayon avec une recette sous le bras…et 10 mins de retard tant il est difficile de les arrêter une fois lances sur la meilleure façon de consommer leur « favorite ».

Moi qui ne suis pas une grande fan de ce que j’ai toujours considéré (à tort probablement, no offense my friends) comme du pousse Margarita, je dois dire qu’il est certaines saveurs typiques de la cuisine mexicaine qui me titillent les papilles et auxquelles j’ai du mal à résister : le petit gout de reviens-y de la farine de maïs, le fumé des chipotes (voir ici) et la coriandre qui m’envoie direct en vacances.

Tu mets tout ça dans une soupe et tu obtiens un véritable life saver, à servir en entrée ou pour un diner léger. Le mélange est détonnant et passée la surprise de la première cuillère, cette soupe est un véritable voyage au soleil à elle toute seule, chaleur et couleurs garanties (je parle du plat, pas de la tête de tes convives…by the way, s’ils deviennent trop rouges, ouvre la fenêtre et appelle le 911, c’est que tu as eu la main un peu lourde sur le jalapeno).

DSC07629

Au loin, les chasse-neige raclent les avenues et les pèles gratouillent les trottoirs mais mouuuua j’m’en fous car chez moi ça fait ding ding dingue ding ding ding comme une samba (quoica la samba c’est pas mexicain….pfff t’y connais vraiment rien !).

PS 1 : Purée de purée, est-ce que tu savais que les chasse-neige de NYC étaient en fait des camions poubelles kités pour l’occasion. C’est moche de m’avoir caché ca pendant 6 ans les gars !

PS 2 : Bien sûr, comme d’habitude quand il s’agit de pimiento amigo, si t’es un chicken (aka : une mauviette), tu y vas mollo  au départ et tu augmentes la dose doucement.

Et toi, tu manges quoi quand il fait froid ?

Besos. Sophie

 2014-02-15

LA RECETTE – (Pour 6 entrées, 4 en plat principaux)

Ingredients: 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1 oignon, 3 gousses d’ail, 2 piments jalapeno frais, 2 cuillères à café de paprika fume, 1kg de tomates, 1 cuillère à soupe de ketchup, 1.5L de bouillon de poule, 2 cuillères d’huile végétale, 6 tortillas de maïs, 30g de beurre, 1 demi poulet rôti effiloche, cottage cheese (de la crème fraiche c’est bon aussi), quelques brins de coriandre frais, sel, avocat (si tu n’es pas mariée avec un allergique), une pincée de piment d’Espelette.

  • Pèle et émince l’oignon. Pèle et écrase les gousses d’ail. Epépine le piment (voir précaution d’usage ici).
  • Dans une marmite, fais chauffer l’huile. Fais revenir l’oignon, l’ail, le piment et le paprika pendant 5/10 minutes avec une bonne pincée de sel.
  • Coupe grossièrement les tomates et ajoute-les dans la marmite. Ajoute le ketchup et le bouillon.
  • Porte à ébullition. Couvre et laisse mijoter pendant environ 30 minutes.
  • Pendant ce temps, coupe les tortillas en fines lanières.
  • Fais chauffer 2 cuillères d’huile végétale dans une grande poêle. Ajoute les lanières de tortillas et laisse colorer pendant 2/3 minutes.
  • Egoutte sur du papier absorbant et sale.
  • Quand la soupe est cuite, ajoute le beurre et mixe la. Ajoute le poulet émietté dans la soupe mixee et laisse réchauffer le tout quelques minutes.
  • Goutte (ah ça a du caractère hein ?) et ajuste l’assaisonnement en sel.
  • Sers la soupe bien chaude en plaçant la garniture de poulet au centre, repartis un peu de cottage, quelques lanières de tortilla et quelques brins de coriandre. Tu peux aussi ajouter quelques tranches fines d’avocat pour atténuer el fuego del piiiimiento). Parsemé d’une pincée de piment d’Espelette (optionnel, pour la touche finale).

 DSC07642

2014-02-152