P1040541

LaureParisID2Attention les yeux, roulements de tambours et concert de castagnettes : voici le premier essai de démocratie culinaire participative… Ségo « Bravitude » Royal et les minots de Désirs d’avenir n’ont qu’à bien se tenir ! Fut un temps (avant que tu t’exportes dans les hauteurs de Manhattan) où, perchées dans nos cuisines parisiennes près des Halles, nous cherchions le Graal de la pana cotta à la réglisse (toi) ou celui des crèmes brûlées à la bergamote (moi)… en vain bien sûr (et au grand dam des estomacs amis, lassés des expériences au Zan, Cachou et autres thés Prince Wladimir Kousmischoff !) Ben là, tout pareil: J’ai besoin de toâââ... Mon idée elle marche pâââs…

Pendant que tu faisais (et défaisais) tes cartons pour monter de quatre blocs sans passer par la case départ, je courais après le temps mais surtout après une idée de sucré, à Paris, un soir. Après un rapide scan de mes tiroirs (des cerises confites (réminiscences de Pashka), un reste de kirsch (réminiscences de je ne sais plus trop quoi… c’est souvent mauvais signe !), de la crème fraîche et du chocolat très noir) : en route pour la forêt noire…

P1040519

Et que je te prends les proportions d’un cake (longue vie à mon Larousse de la cuisine !) et que je te mélange tout ça et que je rêve déjà du discours de Pierre Hermé (« Laure B. m’a tuer ») et du papier dans le Fig Mag (« Le black forest cake, c’est le new black bébé ») …

P1040490

Oui… mais non… Parce qu’à la sortie du four, zéro flonflons ! Certes, additionner du sucre, du chocolat et du beurre n’a jamais tué personne (quoique…) mais aux sourires polis de mes hôtes quand ils avalaient une tranche de brique marron, j’ai compris que l’heure de gloire allait prendre un peu de retard !

Morceaux choisis de l’enterrement de première classe : « Les petits trucs blancs sur le dessus, c’est du moisi ? » (HP, qui n’aime donc pas les brisures de meringues), « Ché pas mal mais cha coupe un peu le souffle non?», (N, qui n’apprécie donc pas la densité de l’œuvre) et le pernicieux « d’habitude j’aime bien le chocolat » (C, diplomate en devenir) …

Bref, il va me falloir tout ton savoir pour corriger la trajectoire. Tel Wikipedia, j’ouvre donc le code source de notre futur best-seller… A vot'bon coeurs messieurs-dames!

P1040528

La recette (en l’état pour l’instant) - Pour six personnes - Facile et pas trop cher (que demande le peuple hein ?) - 20 mn de préparation, 45 mn de cuisson

Trois œufs, 200 grammes de beurre, 150 grammes de sucre roux type cassonade, 20 centilitres de crème fraiche, 250 grammes de farine, ½ sachet de levure, 100 grammes de chocolat à cuire 70% de cacao, 60 grammes de cacao en poudre, 300 grammes de bonnes cerises confites, un peu de kirsch (ou de rhum ou toute autre liqueur d’ailleurs) et une meringue de chez le boulanger. 

Tu commences par faire chauffer le four (220°c) et faire fondre le chocolat au bain marie (et tu n’y touches surtout pas avant qu’il soit liquide et surtout pas avec une cuillère en inox : ça le fait figer… capice ?). Tu émiettes la meringue en petits morceaux et tu fais gonfler les cerises dans un mélange eau tiède/alcool.

Ensuite, tu sors le beurre du frigo et, quand il est un peu mou, tu incorpores le sucre énergiquement (je laisse tomber Bob le robot à ce stade et j’y vais franchement avec les mains, sinon, ça prend des plombes).  Tu ajoutes les œufs un par un, tu mélanges. Tu ajoutes le chocolat et le cacao, tu mélanges. Tu ajoutes la crème fraîche, tu mélanges. Tu ajoutes d’un coup la farine et la levure, tu mélanges.

Il te reste à incorporer les cerises-kirschées et les brisures de meringues, en en gardant un peu pour décorer le dessus de ton schwarzwald cake, et à enfourner…

Verdict ?